À Isola, et dans le parc national du Mercantour en général, nos yeux sont attirés par les sommets, nos esprits s’élancent vers les chemins et les lacs d’altitude… À juste titre ! Mais pour les journées détente, les retours de balade ou tout simplement si vous avez envie d’un peu de stimulation artistique, posez votre regard, plus bas, dans les villages, et entrez à l’intérieur des églises : vous y trouverez des merveilles !

Vallée

Des murs comme des pages de livre

De véritables trésors ! Nombre d’églises et de chapelles des vallées du Mercantour recèlent, à l’intérieur de bâtiment souvent très simples et dénudés, de splendides fresques datant des 15e et 16e siècles. Une époque où l’illettrisme touchait encore une grande partie de la population.

Pour transmettre la foi, les religieux avaient recours à la peinture. C’est le rôle principal de la fresque au Moyen âge, servir de BD éducative, pour ainsi dire ! Beaucoup des sanctuaires du Mercantour voient tous leurs murs ainsi tapissés, aux côtés des retables sur bois. S’y racontent, en images, des scènes de la Bible, des vies de saints. Quant à nous, spectateurs du 21e siècle, nous recueillons, à les observer, de précieux témoignages sur la vie à l’époque de leur réalisation : sur les costumes, les métiers, les armes…

Chapelle

La technique de la fresque

On applique des couleurs à l’eau sur une couche fine de mortier encore frais (a fresco). Mais la technique la plus fréquente, la détrempe (ou technique a tempera), varie légèrement : sur l’enduit relativement séché, on applique les couleurs préalablement délayées dans un mélange de colle d’œuf ou de suc de figuier…

Les plus belles fresques du Mercantour

Dans le chevet de la chapelle Saint-Érige, à Auron, la légende des saints de Béthanie, venus évangéliser la Provence, aligne de merveilleuses figures : Lazare, protecteur des lépreux, Marthe, et la très belle Madeleine, avec son flot de cheveux blonds comme un manteau… Saint-Étienne-de-Tinée rassemble plusieurs églises peintes dont, à l’entrée du village, la chapelle Saint-Sébastien, ainsi placée pour protéger les habitants des épidémies : on y voit le fantôme de la peste décimer la population et celle ci implorer Dieu de chasser le fléau. L’œuvre est signée de fresquistes italiens connus.

Au départ de la route d’Auron, la chapelle Saint-Maur illustre de part et d’autre du chevet, les vies de saint Sébastien et de saint Maur. À Roure, ne pas manquer la chapelle Saint-Bernard-Saint-Sébastien, à Roubion, juste à côté, la chapelle Saint-Sébastien. Vous aurez compris que saint Sébastien, comme protecteur des épidémies, était volontiers invoqué dans les vallées du Mercantour !

Qu’on marche ou qu’on flâne, dans le Mercantour, il faut lever les yeux !

Où loger ?

Découvrez notre résidence vacances à Isola.