Non, ce n’est pas une tribu venue d’un village reculé de montagne, ni un animal en voie de disparition, ce n’est pas non plus un nouveau langage, non ! Le skwal, c’est une pratique assez proche du monoski ou du snowboard, et qui gagne à être connue !

16
Il a presque 25 ans et il est né à Val Cenis, en Savoie. Ses parents ? Patrick Balmain (plus connu sous le pseudo « Thias ») et Manuel Jammes, moniteurs de ski et passionnés de glisse en tout genre, qui ont déposé chacun de leur côté un brevet avec la même idée : pouvoir attaquer les pistes de front, les pieds sur une planche. Ils se sont ensuite retrouvés pour assumer ensemble la paternité de ce qu’ils ont baptisé « le skwal » !

Skwal, c’est un nom dérivé de « squale » (requin en anglais), car il s’agit là d’une « discipline mordante et incisive » selon son créateur, Thias. Avec le skwal en effet, la glisse se fait face à la pente, comme en ski, mais avec les pieds l’un devant l’autre. La négociation des virages prend alors une autre saveur, au plus près du sol enneigé, procurant des sensations inédites.

Les premières planches ont été commercialisées dans les années 1990 par la société Lacroix. Elles sont paraboliques mais plus fines que celles des monoskis. Selon le niveau du skwaler ou de la skwalinette, mais aussi en fonction de sa taille et son poids, il existe différentes planches de skwal. Côté chaussures, les modèles prévus pour le snowboard sont parfaites, mais les chaussures de ski et de ski de randonnée sont elles aussi adaptées pour « skwaler ». Côté bâtons, on peut faire avec… ou sans… c’est au choix !

Plus simple que le snowboard et relativement facile à diriger quel que soit le type de neige, le skwal peut s’apprendre en quelques jours, et assez rapidement, un bon skieur saura enchaîner les courbes avec un plaisir toujours plus grand.

Pour en savoir plus sur le skwal :
http://skwal.eu
http://skwalzone.org

Où loger ?
Hôtel Club mmv classé Village de Vacances 3* Le Val Cenis à Val Cenis