Contrairement au Père Fouettard ou à la Mère Michel, la Mère Poulard n’est pas une simple légende ! C’est un véritable cordon bleu qui a officié pendant des années au cœur du Mont-Saint-Michel et qui hante encore délicieusement les lieux…

iStock_000024841759_XXXLarge
À des kilomètres à la ronde, on ne parle que d’elle et de son omelette au feu de bois : la Mère Poulard est devenue, depuis la 2e moitié du 19e siècle, un personnage emblématique du Mont-Saint-Michel. Et pour cause : elle y a officié en tant que cuisinière émérite pendant plus de 50 ans, recevant chaque jour à sa table les plus grands personnages de ce monde !

Une femme de chambre devenue cuisinière…
Née en 1851, Annette Boutiaut arrive à 20 ans dans la cité médiévale du Mont-Saint-Michel. Elle est alors femme de chambre. Rapidement, elle épouse Victor Poulard, fils du boulanger du Mont-Saint-Michel et ensemble, ils deviennent gérants d’une auberge. À l’époque, le Mont-Saint-Michel commence à se rouvrir au monde. Transformé en prison à la Révolution française et sous l’Empire, il connaît en cette fin de 19e siècle un véritable renouveau : des travaux de restauration sont entamés et en 1874, le site passe entre les mains du service des Monuments historiques français. Les visiteurs et hôtes de passage sont alors peu nombreux comparés aux hordes de touristes qui viennent aujourd’hui admirer les édifices de la cité. Ce sont alors surtout des pèlerins, des artistes, des archéologues et des hommes influents qui arrivent souvent à n’importe quelle heure, après un trajet fastidieux contre vents et marées et veulent une nourriture qui les remette d’aplomb. Pour les recevoir, Annette et Victor ouvrent en 1888 leur propre auberge et la baptisent : « À l’omelette renommée de la Mère Poulard ». Très vite, leur petite entreprise est un succès… qui ne sera jamais démenti jusqu’à aujourd’hui !

La coqueluche du tout-Paris… et du monde !
Peu à peu les visiteurs du Mont-Saint-Michel, et du coup la clientèle de l’auberge, changent : le Mont devient un lieu touristique très prisé. On veut voir son abbaye bien sûr, mais on veut aussi goûter la célèbre omelette de « La Mère Poulard ». Et si la cuisinière émérite doit son succès à ses talents culinaires et à sa façon inimitable de préparer les meilleurs produits des terroirs normands et bretons, elle le doit aussi à son hospitalité légendaire et à sa générosité sans faille. Des qualités qui ont fait d’elle la coqueluche de tous les Parisiens qui, pour rien au monde, ne passeraient au Mont-Saint-Michel sans avoir goûté sa fameuse omelette soufflée, cuite au feu de bois, et dont elle garde la recette secrète ! Tous les chefs d’État ont un jour fait une halte dans cette auberge familiale (Français Mitterrand, Margareth Thatcher, le roi Edouard VII, Théodore Roosevelt ou encore Winston Churchill…), et on y croise des acteurs, chanteurs, artistes (Yves Montand, Charles Aznavour, Marilyne Monroe…), mais aussi des princes et des rois de tous pays !

Rendez-vous au Mont-Saint-Michel avec la Mère Poulard
On raconte qu’Annette Poulard aurait créé en 50 ans de carrière près de 700 recettes. 3 500 portraits et autographes de célébrités tapissent les murs de l’auberge. Et si la Mère Poulard est décédée en 1931, depuis plus de 120 ans, la tradition se perpétue et la cuisine inspirée de celle d’Annette Poulard fait toujours des émules. Sur place, vous pourrez déguster la fameuse omelette bien sûr, en entrée, en plat principal ou même au dessert. Mais vous pourrez aussi goûter les autres plats de l’auberge, élaborés selon les mêmes recettes qu’il y a 100 ans. Et vous ne repartirez pas sans votre lot de biscuits, élaborés selon des critères de qualité très stricts et qui connaissent un incroyable succès sur tous les continents, dans près de 70 pays. Vous comprendrez alors pourquoi la mère Poulard est devenue en quelques décennies la meilleure ambassadrice du Mont-Saint-Michel à travers le monde !

Pour en savoir plus sur le restaurant de La Mère Poulard :
http://www.merepoulard.com
02 33 89 68 68

itOù loger ?
Résidence Club*** Le Domaine du Mont au Mont-Saint-Michel